sida

Le 1er décembre aura lieu la journée mondiale de lutte contre le SIDA. C'est l'occasion de mieux connaître ce virus et de témoigner de notre solidarité. Découvert dans les années 80, le virus du SIDA affaiblit le système de défense naturelle du corps et le rend "perméable" à toute une série d'infections et de maladies.

 

Du VIH au SIDA

Le VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine) s'attaque au système immunitaire et provoque une immunodépression (un affaiblissement du système immunitaire). Le corps n'est plus protégé efficacement et ne parvient plus à se défendre contre des maladies auxquelles il peut normalement faire face. L'apparition de ces maladies typiques de l'immunodépression marque le passage de la séropositivité au stade de la maladie : le SIDA (Syndrome d'ImmunoDéficience Acquise).

 

Les chiffres

En 2014, 36,9 millions de personnes vivaient avec le VIH. Même si davantage de personnes dans le monde ont accès à la thérapie antirétrovirale (en juin 2015, 15,8 millions de personnes ont eu accès au traitement), vivent plus longtemps et en meilleure santé, un nombre élevé de nouvelles infections du VIH et de décès liés au SIDA surviennent encore chaque année. En 2014, environ 2 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH et 1,2 million de personnes sont décédées de maladies liées au SIDA. En Belgique aussi, le nombre de nouvelles infections reste élevé. En 2014, 1039 nouvelles infections ont été diagnostiquées. En clair, même si l’on parle beaucoup moins du SIDA aujourd’hui, le risque n’a pas diminué.

 

Transmission

Il existe trois modes de transmission :

Par voie sexuelle : lors des rapports avec pénétration sans préservatif et les contacts sexuels tels que la fellation et le cunnilingus.

Par le sang : lors du partage de seringues entre usagers de drogue, transfusions de sang, plaies accidentelles provoquées par du matériel infecté.

Par la grossesse, l’accouchement et l’allaitement (grâce aux traitements, le risque de transmission de la mère à l’enfant est diminué).Contre la transmission par voie sexuelle, une seule arme efficace : le préservatif (masculin ou féminin). Bien utilisé, il est fiable à 100 % et c'est tant mieux puisqu'il représente la seule solution contre la transmission. Mais attention, il doit être utilisé pour chaque rapport.

 

Dépistage

Le test de dépistage peut maintenant être effectué 6 semaines après la prise de risque, chez un médecin, dans un centre de planning familial, une maison médicale, au centre de référence sida ou dans un centre de dépistage anonyme et gratuit. Il faudra donc attendre 6 semaines après un contact potentiellement à risque pour être certain d’un résultat négatif. Pendant cette période d’incertitude, il est important de se protéger et de protéger son ou sa partenaire car il est possible d’être porteur(euse) du virus et il y a donc un risque de le transmettre. Depuis ce 23 novembre 2016, un autotest de dépistage est également disponible en pharmacie, sans ordonnance (prix recommandé : 29,90 €). Il s'agit d'un test sanguin simple d'utilisation, qui livre un résultat au bout de 15 minutes. Attention, il n'est fiable que pour dépister une infection au VIH datant de plus de 3 mois, contre 6 semaines pour la prise de sang.

 

Plus d’info

www.preventionsida.org  www.unaids.org  www.inforjeunes.be