Le BLOG d'INFOR JEUNES HUY asbl

29 juillet 2015

KOT WANTED : Que chercher… et comment le trouver ?

A cette période, la plupart des étudiants ont déjà trouvé leur « home sweet home » pour la prochaine année académique. Ce n’est pas ton cas ? Pas de tracas, Infor Jeunes te donne quelques pistes pour trouver ton futur lieu d’études, de vie et autres folies !

Quel type de kot ?

La première étape consiste à déterminer ce que tu cherches exactement : entre kot universitaire, chez l’habitant ou encore KAP (Kot-à-projet), le choix est vaste.

a) Les kots proposés par les établissements scolaires

o Les kots universitaires (ou de haute-école): principalement situés dans des résidences universitaires, ces kots ont le double avantage d’être moins cher que la moyenne du marché et d’appartenir à l’institution (ce qui évite les contrats frauduleux). Tu peux souvent choisir entre un kot avec des communs à partager ou un studio avec cuisine et sanitaires privatifs. Les inconvénients ? Les places sont limitées et la demande est assez importante, il n’y a donc pas de place pour tout le monde. Il est nécessaire de faire la demande plusieurs mois à l’avance. De plus, tu ne peux généralement pas y rester plus de deux ans.

o L’internat : moins populaire, cette formule a pourtant l’avantage d’offrir un logement bon marché incluant les repas et toutes les charges.

o Le kot à projets : les « KAP »  sont des kots communautaires (8 à 12 étudiants) qui, en plus de vivre ensemble, permettent aux étudiants d’œuvrer pour une cause qui leur tient à cœur (défense de l’environnement, promotion d’activités, cuisine, etc.). Les + ? Faire partie d’un « KAP » te permet d’être avec des étudiants qui partagent tes centres d’intérêts et ta place est généralement assurée pour minimum 2 ans. Plus d’infos sur www.organe.be         

 

b) Les kots proposés par des particuliers

o Le kot privé : C’est certainement le type de kot le plus répandu ; et en terme de logement, on peut y trouver tout… mais aussi n’importe quoi. A toi d’être attentif au descriptif de l’annonce et au contenu du bail. Kot individuel, appart, studio… fais ton choix !

o La colocation : Si tu aimes vivre en communauté et que tu veux continuer à profiter des commodités d’un grand appartement ou d’une maison, la colococation est une bonne alternative au kot classique. Il faut juste être attentif aux modalités du bail, vérifier que les tâches seront bien réparties et surtout s’assurer que tu as un bon feeling avec tes colocataires !

o Le kot chez l’habitant : Vivre chez l’habitant, c’est profiter du même confort qu’à la maison ! L’objectif, outre un logement économique, c’est le partage, la rencontre. Il existe aussi les logements intergénérationnels, qui visent à réunir senior et étudiant sous un même toit. Plus d’infos : www.1toit2ages.be     

 

Comment trouver son kot ?

Là encore, le choix est large. Il existe de nombreux canaux de communication : le service logement de ton université (ou de la ville parfois), les services logement des centres Infor Jeunes  www.infor-jeunes.be/site/centre , les valves de ton école, les petites annonces, les agences immobilières privées, le bouche-à-oreille mais le plus plébiscité reste les sites Internet spécialisés !

En effet, les sites pour trouver ton futur kot sont nombreux sur la toile; on t'en a donc épinglé quelques uns, plutôt intéressants, qu'ils soient :

* généralistes : la rubrique du site Infor-Jeunes www.infor-jeunes.be/site/kot-a-louerhttp://student.be/fr/kots-a-louer ou encore www.appartager.be  pour trouver et proposer une colocation.

* liés à un établissement scolaire : ULB, UNamur, UCL, UMons, etc

* ou consacrés à une zone géographique  : Namur  www.kotanamur.be/ ; Liège www.kotaliege.be/ ; Bruxelles www.brukot.be/ ; Louvain-la-Neuve

Kots

www.kot-louvainlaneuve.be/ , etc.

On aime particulièrement le site « Cote ton kot » www.cotetonkot.be/accueil.html qui te permet d’évaluer ton logement et de partager ton expérience avec de potentiels futurs locataires.

 

Encore besoin d’un avis et de quelques conseils pour te décider ? Découvre le témoignage de Justine, 23 ans, étudiante et « koteuse »  http://infor-jeunes.be/site/img/billets/15-01-30-etudiante_kot.pdf

 

Tu as maintenant toutes les cartes en main pour dénicher le kot qui te correspond mais ne tarde pas car les places sont limitées et le décompte pour la rentrée… est déjà bien entamé !

 

Sources : Manuel de survie en kot https://www.fmsb.be/sites/secure.fmsb.be/files/ManuelSurvieKot2014.pdf

Posté par infor jeunes à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Envie d'être... BIBLIOTHECAIRE

bibli

Prénom : Hugues

Age : 41 ans

En quoi consiste votre profession ?

Le métier de bibliothécaire regroupe différentes tâches.

Tout d'abord, je choisis des ouvrages pour composer notre bibliothèque. Ces choix se font via des revues professionnelles, des catalogues d'éditeurs, des infos reçues par le biais des médias mais aussi très souvent suite à des demandes de lecteurs.

Il est donc très important de connaître la richesse et la variété des publications actuelles et plus anciennes afin de satisfaire notre public.

Une fois les nouveaux ouvrages reçus, c'est le travail de classement appelé "bibliothéconomie" qui commence. Ce terme désigne plusieurs tâches à accomplir: vérification de l'état des livres, encodage informatique, classement selon les différents thèmes, renforcement des livres par plastification et, enfin, mise en rayon.

Celle-ci se fait selon un code de rangement propre à toutes bibliothèques qui permet de savoir directement et facilement où le livre est rangé.

Chaque travailleur est responsable de la "thématique" qui lui est attribuée en fonction de ses connaissances propres et ses affinités. Il doit donc veiller régulièrement au réassort.

Un temps est également prévu pour supprimer du rayonnage les livres ayant perdu de l'intérêt ou étant obsolètes.

Une large part de mon boulot consiste à assurer le "prêt", c’est-à-dire l'accueil au comptoir des lecteurs. La bibliothèque ouvre ses portes au public 25h/semaine.

A ce comptoir, je suis chargé de tenir à jour le fichier du lecteur, d'aider les usagers qui cherchent un ouvrage, de donner des conseils pour faciliter le choix d'un livre, des réservations et du scanning des ouvrages à l'entrée et à la sortie.

Je m'occupe également de l'aménagement de la salle de lecture.

Nous proposons aussi diverses animations en collaboration avec le Centre Culturel, les écoles de la ville et différents partenaires locaux (ex: expositions, rencontres d'auteurs, lectures contées,etc.).

Comment êtes-vous devenu bibliothécaire ?

Un peu par hasard et ayant toujours apprécié la littérature et la lecture en général, je me suis lancé dans ces études.

Quels sont les aspects positifs et les aspects négatifs de votre métier ?

Le positif: le travail est varié car il y a une multitude de tâches à assurer.

Il est agréable d'avoir un contact avec des gens constamment en soif de connaissance et parfois passionnés par certains sujets.

C'est un métier riche en découvertes littéraires.

C'est également un métier de contact car je suis sans cesse en relation avec un public varié.

Le négatif: on se demande parfois quel sera l'avenir de la profession au regard du développement des nouvelles technologies (exemple: la liseuse numérique).

Il faut parfois travailler le week-end.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui se lancerait dans ce métier ?

Il est utile de posséder une bonne connaissance générale en littérature et être spécialisé dans certains domaines est un plus.

Il est important d'apprécier le contact avec les gens.

… Plus encore

Les études sont accessibles à partir d'une formation de niveau supérieur via un bachelier bibliothécaire:

- en promotion sociale à Bruxelles ou dans le Hainaut;

- en Hautes Ecoles à Bruxelles, Liège ou Namur.

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à contacter le centre Infor Jeunes de votre région.

Posté par infor jeunes à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juillet 2015

Une DEUXIEME RHETO à l'étranger !

languesLa découverte d’une contrée lointaine te fait envie ! Parler une langue étrangère te semble être un plus dans ton apprentissage et faire l’expérience d’une autre culture te paraît la meilleure façon pour y arriver ! Cela est possible grâce à certaines associations qui te permettent de partir un an à l’étranger et de vivre comme un jeune de là-bas.  

En quoi cela consiste ?  

Le principe est simple : Tu vis au sein d’une famille volontaire d’un pays que tu as choisi et tu suis les cours dans une école locale pendant une année ou un semestre scolaire. Tu as ainsi l’opportunité de découvrir les coutumes, la vie quotidienne et la langue de ton pays  d’accueil. Différentes formules te sont proposées : passer une année ou un semestre scolaire dans un pays, deux semestres dans des pays différents ou encore un séjour de plus courte durée.  

Où et à quel prix ?  

De nombreuses destinations sont proposées en Europe, Amérique, Asie, Océanie ou Afrique. Ton choix se basera évidemment sur la langue que tu as envie d’apprendre mais aussi sur la culture qui t’intéresse.  

Le coût de ce séjour n’est pas forcément en fonction de la distance du pays choisi. Le prix dépendra de l’organisme et de la formule choisie. Partir une année est souvent plus avantageux qu’un semestre.  

Sache aussi, que tu peux diminuer ce coût si ta famille accueille en contrepartie un étudiant étranger. Les associations dispensent des bourses pour certains candidats qu’ils choisissent selon leurs critères.  

De nombreux organismes sont également agréés par le FOREM dans le cadre du volet langues du plan Marshall : dans ce cas, tu peux bénéficier, sous certaines conditions, d’une bourse d’immersion linguistique.  

Comment s’inscrire ?  

Si tu désires tenter cette expérience, prends contact avec l’une des associations qui organisent ce genre de voyage (voir ci-dessous). Pour organiser un tel séjour, il faut du temps !  Les dates de sélection peuvent varier d’un organisme à l’autre.

Ta pré inscription réalisée, l’association procèdera à une sélection spécifique des candidatures. Tu auras un entretien individuel afin de déterminer tes motivations et tes objectifs.  

Pour t’aider à préparer ton envol, l’association organise des journées de préparation. En général, ton départ sera prévu au mois de juillet/août ou janvier/février. Une fois sur place, tout est prévu pour ta sécurité, ton confort et tu seras suivi régulièrement par l’association tout au long de ton séjour.  

Allocations familiales et assurances  

Avant ton départ, tu devras te procurer les formulaires adéquats qui te permettront d’obtenir le remboursement des soins de santé mais normalement tu restes couvert par la mutuelle de tes parents. La majorité des organismes proposent une assurance complète, dans le cas contraire, ils t’informeront des formalités à accomplir. Durant toute la période du séjour, s’il s’agit d’un programme scolaire, tu conserves automatiquement ton statut d’étudiant et tes allocations familiales.  

Adresses utiles 

Posté par infor jeunes à 19:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

Atelier CV – Infor Jeunes Huy – 2e semestre 2015

CV

Tu es étudiant(e) ou jeune demandeur(euse) d’emploi et tu aimerais savoir comment mettre en avant tes atouts et compétences dans un curriculum vitae et une lettre de motivation ?

 

Au programme

  • Bilan des compétences
  • Rédaction CV et lettre motivation
  • Préparation à l’entretien d’embauche
  • Trucs et astuces pour trouver un emploi
  • Offres d’emploi et candidatures spontanées

 

Quand ?

  • Mercredi 26 août – de 13h > 14h30
  • Mercredi 30 septembre – de 13h > 14h30
  • Mercredi 28 octobre – de 13h > 14h30
  • Mercredi 18 novembre – de 13h > 14h30

 

Où ? Infor Jeunes – quai Dautrebande 7 à 4500 HUY

 

Plus d’infos et inscription : 085/21 57 71 – nvdsinforjeuneshuy@gmail.com

Posté par infor jeunes à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

En CLOQUE : mode d'emploi

images

Tu viens de découvrir que tu attends un enfant ? Les questions se bousculent dans ton esprit ? Alors ce billet peut t'intéresser...

L'annonce d'une grossesse a toujours un impact.

Plusieurs acteurs peuvent t'aider et t'orienter.

 

VERS QUI SE TOURNER ?

Les plannings familiaux

Ces centres accueillent toute personne qui, à un moment donné de sa vie, éprouve des difficultés d'ordre familial, conjugal ou affectif.

Une équipe pluridisciplinaire répondra au mieux aux questions que tu te poses. Elle est habilitée à t'écouter, te soutenir et t'accompagner dans tes démarches. Les entretiens sont confidentiels et toutes les solutions qui s'offrent à toi seront envisagées.

 

L'ONE

L'Office de la Naissance et de l'Enfance organise des consultations prénatales gratuites. Tu y rencontreras des médecins ainsi que des travailleurs médicosociaux qui t'accompagneront durant la grossesse.

Leurs missions sont donc de veiller au bon déroulement de la grossesse, à la santé des futures mères et du foetus, ainsi que de préparer les futurs parents à l'accouchement et à leurs rôles de parents.

 

Les gynécologues et les sages-femmes

Ils/elles s'assurent du bon développement du fœtus et de la bonne santé de la future maman. Ils/elles sont soit indépendant(e)s, soit attaché(e)s à un hôpital.

 

QUE FAIRE SI TA GROSSESSE EST INATTENDUE ?

Avant d'imaginer tous les scénarios possibles, il faut que ta grossesse soit confirmée par un test sanguin.

Une fois cela fait, un choix s'impose. Si pour certaines il n'y a pas à réfléchir, pour d'autres, cela peut être très difficile.

 

L'IVG (interruption volontaire de grossesse)

Tu peux y avoir recours jusqu'à la fin de la 12ème semaine de grossesse soit auprès d'un planning familial la pratiquant, soit dans un hôpital.

 

L'adoption

Si ta décision est de donner ton enfant à l'adoption, tu dois y consentir 2 mois au plus tôt après la naissance.

Durant ces deux mois, ton enfant sera placé en pouponnière. Il y recevra tous les soins dont il a besoin. Un intervenant psychosocial d'un service d'adoption t'épaulera dans ta réflexion et ta décision.

Tu dois savoir que cet acte rompt le lien de filiation qui existe entre un enfant et ses parents biologiques.

 

Attention !

Abandonner son enfant, même dans la boîte à bébé prévue à cet effet à Anvers, est susceptible de poursuites policières puisqu'il s'agit d'une infraction.

Aussi, en Belgique, l'accouchement sous X, c'est-à-dire accoucher anonymement, est illégal.

 

Tu décides de mener ta grossesse à terme

Comment t'en sortiras-tu financièrement ? Et ton nouveau boulot ? Ne t'inquiète pas, il existe

différentes dispositions qui octroient des droits et un soutien aux futurs parents. Notamment : une protection contre le licenciement, un congé de maternité et de paternité si tu es salarié(e), une prime de naissance et des allocations familiales. Ta mutuelle est habilitée à répondre à toutes les questions que tu te poses à ce sujet donc n'hésite pas à la contacter. Si tu es encore à l'école, ta grossesse ne peut pas être un motif d'exclusion. Cependant, toute absence devra être justifiée par un certificat médical. Je t'invite à lire le billet d'Infor Jeunes "maternité et scolarité" que tu trouveras sur notre site.

Tu peux choisir la manière dont tu veux faire suivre ta grossesse : par les services de l'ONE, par un gynécologue ou une sage-femme de ton choix.

 

Plus d’info :

http://www.planningfamilial.net : site de la Fédération Laïque de Centres de Planning Familial

http://www.sexeducamour.info : site de la Fédération des Centres Pluralistes Familiaux

http://www.mutsoc.be/centredeplanning : site de la Fédération des Centres de Planning Familial des Femmes Prévoyantes Socialistes

http://www.one.be : site de l'ONE

Posté par infor jeunes à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,